Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

mercredi, 27 février 2008

Nadia et Annabelle

Je rentre de l'atelier et je me dis que je dois bien une petite note à Nadia et Annabelle...

Nadia est ma prof de sculpture. En fait, prof est un rien abusif. On ne reçoit pas de cours, il n'y a pas de théorie, pas d'anatomie, pas d'étude des classiques. C'est un peu notre coach.

On avance, puis elle arrive, corrige, montre sur pièce, sur le voisin, sur le modèle que telle forme n'est pas juste, que tel aspect est plus ceci, moins cela. Elle cherche à aiguiser notre regard, à l'éduquer.

On a tendance à sculpter ce que l'on croit savoir, pas ce que l'on voit. Regarder est un exercice exigeant et difficile.

Annbelle c'est le boss. C'est elle qui dirige l'atelier, à elle qu'il appartient. Elle remplace Nadia les soirs où elle est absente.

Aujourd'hui, c'était Annabelle. J'ai repris Afissa. J'ai vraiment bien appris sur les bas reliefs, très chouette !!!

22:40 Publié dans Passions | Lien permanent | Commentaires (0)

vendredi, 15 février 2008

Laurence assise sur une chaise

jeudi, 14 février 2008

Pourquoi sculpter?

Note un rien philosophique aujourd'hui...

Pourquoi sculpter? Ou, pour être plus honnête, pourquoi je sculpte?

 

Par besoin d'un espace intime. Je pense que la sculpture, comme la lecture, le dessin, la couture ou d'autre hobbies, permet de créer non pas une bulle (ce qui la rendrait impénétrable à moins d'être brisée) mais un espace intérieur qui est à la fois rien qu'à soi et pourtant partageable. C'est ma définition de l'intimité et qui se démarque de la solitude.

 

Cet espace intérieur est paisible, car il n'existe que sa propre logique; quand je sculpte, impossible de faire autre chose en même temps. Je suis toute entière absorbée. Le boulot, les tracas, les pensées constantes, sont totalement impossibles.

 

Quand j'ai démarré la scuplture, j'étais en pleine dépression. Je n'avais pas envisagé cette activité comme thérapeutique et pourtant elle le fut. Je viens d'un milieu où l'on croit beaucoup à la verbalisation, aux vertus de la parole. Ce que j'ai découvert, ce sont les richesses du silence. A l'encontre de l'introspection, je suis allée vers l'expression par les mains.

Car le silence de la scuplture est orienté non vers soi, mais vers la résolution d'un problème concret, une matière qui ne se plie pas facilement à la volonté. Toute la volonté est donc nécessaire pour la faire céder. Et rien n'est jamais acquis. Quatre ans que je travaille assidûment et je progresse toujours. Ce n'est jamais facile ou naturel. La résistance est toujours là, chaque nouvelle pièce pose un nouveau défi. Et bien sûr, on choisit des défis plus ou moins ambitieux, plus ou moins paresseux en fonction de son humeur et de ses envies. Les satisfactions sont concrètes et tangibles.

14:45 Publié dans Passions | Lien permanent | Commentaires (2)

lundi, 11 février 2008

Patine de Carla

Vernis couleur Teck sur terre blanche. J'aime bien le côté un peu doré.

17a3ed9722e0f662b3551e174c4617e8.jpg

dimanche, 10 février 2008

Patine d'Aubade leçon n° 5

Je suis allée chercher mes travaux à Gastuche hier. Le bas relief de Rafael Navorro n'a pas tenu la cuisson, il est en mille morceaux et je n'ai rien pu faire... tant pis...

 

Mais le second Aubade est intact et j'ai fait la patine: huile de lin bouillie pour les parties blanches (culotte, fond) et cire à teinter Noyer pour la peau. Un peu d'acrylique noire pour le lettrage. Après deux heures, frotter à la paille de fer pour enlever les excédents de cire et à la brosse dure pour faire briller.

74276d80070bf8d6bef8848eab454596.jpg

 Et voilà le résultat final:

304447ae3aecb1ca316061b87c8aed27.jpg

 Et avec le flash pour les amateurs de body building...

4b7ca52eaa3a90006b0613871f217759.jpg

 Pour faire tenir vertical, j'achète chez Casa des porte-assiette (dont on voit les crochets ci dessus ;-))

11:00 Publié dans Passions | Lien permanent | Commentaires (5)