Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

mercredi, 10 septembre 2008

De la banalité du mal

Petite réflexion plus personnelle aujourd'hui.

Sur l'humanité, pour de suite viser haut.

A quel point la peur peut-elle diriger des hommes qui n'ont rien de salauds à se comporter comme tels? 

Est-ce autre chose que la peur, une sorte d'instinct de préservation poussé, un esprit grégaire, qui poussent les gens du côté de la force, même brutale et absurde?

Et surtout, devant ce constat, qu'est-ce qui permet à certains de sortir du rang, d'aller à contre courant, au prix d'être écrasés à leur tour, mais un peu plus tard.

Faut-il vraiment choisir entre ramper et mourir debout? 

19:33 Publié dans Passions | Lien permanent | Commentaires (4)

Commentaires

pourquoi ces réflexions un peu amères..?

une "mauvaise" expérience ..? une trahison..? un sale coup..?

faut garder confiance, malgré tout..

et la beauté dans l'art y aide..continuez, continuez..

bien à vous.

Écrit par : laine | mercredi, 10 septembre 2008

AMBIGUÏTE de la nature humaine....gardes la foi.
L'important réside dans les "valeurs humaines acqises" si celles-ci sont présentes alors ESPOIR.
Amicalement

Écrit par : guy | vendredi, 12 septembre 2008

hmmm belles idees:"Faut-il vraiment choisir entre ramper et mourir debout?"oui, c'est vrai, nous devons payer pour notre liberte.
vous dites que "la peur est une sorte d'instinct de préservation poussé, un esprit grégaire" et je suis completement d'accord avec vous..
mais nous devons resister. c'est la notre force!

Écrit par : Shannon - Photostock Expert | jeudi, 25 décembre 2008

Une obsession-question bien existentialiste. Un bon psychologue ou bien anthropologiste pourraient vous donner une explication exhaustive - mais il me semble que c'est d'une autre chose que vous avez besoin. C'est une réflexion personnelle pareille à la votre qu'on veut entendre. Peu de gens sont vraiment aptes à vous livrer une réponse estimable. Alors je vais y penser...

Écrit par : Lucas - Free Games | lundi, 29 décembre 2008

Les commentaires sont fermés.